Qu’est-ce que l’IoT et à quoi ça sert ?

Dernière mise à jour: 26.09.21

 

L’évolution de la technologie mène l’existence humaine vers des solutions de plus en plus pointues en matière de systèmes de communication et de ciblage de marché. L’IoT figure parmi les ressources en puissance répondant à ce besoin dans le contexte actuel. Son exploitation permet effectivement d’atteindre un bon nombre d’objectifs.

 

L’IoT sous tous les angles

Acronyme de l’expression anglo-saxonne internet of things, ce concept pourrait être illustré par autant d’éclaircissements que chaque utilisateur pourrait en faire. Mais la définition établie par l’Union Internationale des Télécommunications ou UIT peut servir de référence. Celle-ci l’explique comme étant une infrastructure internationale destinée à la société basée sur l’information. 

L’IoT doit aider chaque personne à profiter des avantages des différents travaux et sciences évoluées, par l’interconnexion des objets physiques ou virtuels. L’opération doit être rendue possible par le biais de toutes les technologies de l’information et de la communication compatibles, qu’elles soient existantes ou encore en cours d’évolution.

Mais avant l’adoption de cette définition officielle, le mot a déjà été entendu à la fin du XXe siècle, alors que l’Internet n’en était qu’à ses premiers balbutiements. En effet, ce terme a été prononcé pour la première fois en 1999. Un ingénieur britannique du nom de Kevin Ashton a lancé un discours sur ce que serait l’avenir des ordinateurs et de l’informatique en général, à l’aube et au cours du troisième millénaire. Dans le début des années 2000 et jusqu’à nos jours, l’avancée galopante de la technologie semble avoir validé d’office cette appellation. Celle-ci représente alors aujourd’hui un canal important à exploiter, dans la recherche de résultats positifs relatifs à toute activité effectuée sur la toile.

À l’origine, l’internet des objets se contentait d’une illustration simpliste et facilement compréhensible, même par le néophyte ou tout individu peu intéressé par le domaine. En effet, il représentait en tout et pour tout un système dans lequel des objets physiques peuvent être connectés à Internet. À l’époque effectivement, l’image d’un ordinateur relié à un réseau de communication pour pouvoir intégrer le web venait automatiquement à l’esprit. 

Plus tard, avec l’amélioration des capacités et l’avancée sans précédent effectuée par les ingénieurs, l’IoT a étendu ses possibilités. Il incarne désormais un ensemble de systèmes destiné à fabriquer, puis à transmettre des données. Cette nouvelle attribution permet aux utilisateurs de créer de la valeur et de profiter des retombées bénéfiques, grâce au recours à divers services y afférents.

En conséquence logique à ce succès par rapport à l’intérêt de ceux qui s’en servent, l’évolution du concept a été inévitable. Bien que les premières notions et explications demeurent toujours d’actualité, le terme s’est quelque peu enrichi de nouvelles idées et terrains d’application. En effet, outre les objets principaux reliés à Internet, le contexte regroupe désormais tout l’environnement des objets connectés. 

L’image du micro-ordinateur intégré à un réseau perdure, mais la réalité actuelle a ouvert cette possibilité à différents outils et accessoires, à part les ordinateurs portables hp. Ainsi, les fournisseurs de machines ne sont plus les seuls concernés par l’internet des objets. De nombreux autres acteurs appartiennent désormais à ce cercle, tels que les fabricants de ressources de communications, les éditeurs de logiciels, les opérateurs d’échanges, les développeurs de projets inhérents, entre autres. Cette ouverture tous azimuts contribue de ce fait à l’enrichissement du concept.

Les différentes composantes de l’IoT

L’idée véhiculée par internet of things peut sembler aussi large, et s’ouvrir sur plusieurs possibilités d’illustrations comme la définition d’internet. Toutefois, vous pouvez quand même vous baser sur cinq points essentiels afin de cerner ce dont il s’agit, et commencer à penser à votre propre solution. En gros, il s’agit d’un groupe d’éléments autour duquel s’articulent principalement toutes les variations de l’IoT. Plus concrètement, tout se base sur l’objet, le réseau, les données, les informations, et enfin les applications d’exploitation.

L’objet

Cet élément représente chaque matériel mis en place pour la collecte, le traitement et la transmission d’informations. Il peut être désigné comme passif ou actif, selon le principe d’exploitation auquel il se destine. Son objectif consiste à générer une donnée susceptible d’être étudiée et approfondie, et surtout d’aboutir à la finalité de créer une valeur pour les utilisateurs. Dans le mode passif, vous pouvez par exemple parler des capteurs. Ces derniers servent à collecter des données par rapport à un barème prédéfini, et pour lequel ils entrent en action en fonction de leur programmation. De là, ils transmettront les informations recueillies au reste de la chaîne du circuit de communication.

Le réseau

Cette composante peut être considérée comme la plus importante de votre projet IoT. En effet, elle assure l’atteinte de votre cible en fonction de paramètres techniques sur lesquels vous devez vous baser.

 – En premier lieu, vous devez vous occuper de la zone de couverture pour laquelle l’objet se destine. Celle-ci peut être locale, dans le cas d’une distribution prévue uniquement sur une ville ou une région en particulier. Elle peut également être nationale, si vous pensez couvrir un pays tout entier. Enfin, elle peut encore être mondiale, si vous estimez que l’objet peut apporter de la valeur pour les utilisateurs de la planète entière. Dans ce contexte, un impératif se pose, en ce qui concerne la viabilité du produit. Il s’agit de la disponibilité d’une source d’énergie permanente, sans laquelle votre distribution risque de s’arrêter net.

 – En conséquence à cette condition, vous devez en deuxième point vous pencher sur un autre aspect technique, caractérisé par l’architecture de la solution. Autrement dit, vous devez disposer d’un programme bien défini grâce auquel vous pourrez déterminer les différentes possibilités de partage de votre proposition, à chaque étape du processus. De cette manière, vous aurez la possibilité de toucher plus facilement votre public cible, où qu’il se trouve et quelles que soient ses possibilités de réception.

 – Par ailleurs, vous devez spécifiquement vous concentrer sur la conception de l’objet lui-même. En effet, après avoir obtenu et analysé les données de bases que vous avez pu recueillir au préalable, vous ne devez pas vous aventurer à proposer un objet qui ne réponde pas aux besoins détectés et pour lequel la mise en place de ce réseau trouve sa raison d’être. Heureusement, de nombreuses techniques vous permettent de cerner au mieux cette conception, de manière à ce que l’objet puisse circuler de manière optimale sur le réseau sur lequel vous envisagez de le distribuer.

 – Enfin, un point important à soulever concerne le cycle de vie de la solution. En d’autres termes, vous devez vous demander si le réseau à créer est appelé à durer plusieurs années, ou s’il est destiné à servir à la distribution d’un objet éphémère. De ce fait, vous devrez bien penser à la catégorie du produit, avant de dessiner le réseau sur lequel vous allez le partager.

Pour entrer un peu plus dans les détails techniques, vous pouvez vous baser sur cinq principaux types de réseau, dont voici les points saillants à retenir.

Le premier est représenté par la technologie LoRa ou Low Range, qui constitue un standard opérable à longue portée et à faible consommation énergétique. Par contre, ses défauts se situent au niveau d’une couverture mondiale assez réduite, pour une taille et un volume de données encore limités.

En alternative, vous pouvez opter pour le réseau Sigfox qui propose exactement les mêmes fonctionnalités. La différence réside dans le fait que ce réseau est géré par un opérateur unique, à savoir celui qui l’a conçu, c’est-à-dire Sigfox lui-même. En outre, les modules de communication et chaque référence d’objet doivent être certifiés et validés par cet opérateur.

En troisième choix, vous pouvez encore décider de la technologie M2M, pour Machine to Machine, et qui utilise les réseaux télécom du 2G à 4G ou plus. Son atout principal se matérialise par une couverture mondiale large. En contrepartie, recourir à cette option vous impose la disponibilité d’une source d’énergie importante, pour une portée relativement courte.

Ensuite, une autre possibilité pour partager votre objet connecté s’appelle la RFID. Celui-ci se décline en deux catégories, à savoir actif et passif. Vous en bénéficiez pour son action sans émission d’ondes, et sans nécessiter d’énergie. Malheureusement, ce type de réseau est limité par une faible portée, en plus de la nécessité d’une passerelle pour que l’objet fonctionne de manière optimale.

Enfin, vous pouvez décider d’utiliser un réseau connu et maîtrisé par tous depuis une bonne dizaine d’années, en l’occurrence le Bluetooth. Cette alternative met un débit important et la possibilité de partager des messages volumineux. Malheureusement, elle souffre d’une portée limitée à environ 10 mètres, mis à part l’obligation d’emprunter une passerelle pour la diffusion.

Les données

Celles-ci constituent les ressources principales à partir desquelles vous allez pouvoir déterminer le produit destiné à votre public cible. Elles s’obtiennent à partir des objets, et doivent être conservées dans ce que les spécialistes appellent des bases de données. En les structurant de manière optimale, vous pouvez effectuer des analyses pertinentes et agir en conséquence pour mettre en place la meilleure proposition. En guise d’exemple, vous pouvez déterminer quelle est la meilleure marque de gelée royale à partir d’une étude de données recueillies sur un marché spécifique.

Les informations

Elles représentent les résultats que vous avez pu obtenir des diverses analyses que vous aurez effectuées sur les données collectées par les objets et acheminées sur le réseau. Si les données peuvent se caractériser comme des matières premières, les informations quant à elles peuvent être considérées comme des produits transformés. De ce fait, vous pouvez également les stocker et les emmagasiner dans des bases de données, jusqu’à ce qu’elles puissent être utilisées.

Les applications d’exploitation

En général, il s’agit de supports de différents types pour constituer des interfaces Homme-machine ou IHM. Elles matérialisent le produit fini, résultant de l’étude et de l’analyse des informations. Dans la plupart des cas, elles peuvent être représentées par des graphiques ou des diagrammes, des rapports officiels, ou même un tableau de bord clair et concis. Ceux-ci indiquent malgré tout le maximum de détails relatif à votre projet et susceptible de réellement créer de la valeur. Toutefois, pour en tirer le maximum d’avantages, vous devrez penser à y annexer des mécanismes complémentaires pour vous permettre d’intervenir en temps réel auprès de votre audience en cas de nécessité. Vous devez rendre ces outils accessibles essentiellement par les appareils mobiles tels que les smartphones ou les tablettes.

Utilisation de l’internet des objets

La finalité essentielle pour chaque entreprise consiste à asseoir sa notoriété vis-à-vis de ses consommateurs, actuels ou potentiels. Dans cet objectif, l’IoT intervient dans plusieurs domaines.

Dans une première situation, il est défini comme étant un facteur destiné à augmenter le chiffre d’affaires et développer la société. L’utilisation à bon escient de ses différentes composantes vous aidera ainsi à atteindre ce but. Avec des outils adaptés et une stratégie bien fondée sur les conclusions de vos analyses, vous vous mettez déjà sur la bonne voie.

Par ailleurs, les résultats que vous aurez recueillis vous permettront de rationaliser les diverses procédures à adopter pour toucher au but, notamment celui d’améliorer votre rentabilité. En fonction des possibilités, il vous appartient de structurer la méthode par laquelle vous allez effectuer la mise en place de votre stratégie de distribution.

Dans cet objectif, vous pouvez utiliser différents outils pour vous aider. En guise d’exemple, si vous voulez analyser de manière précise l’évolution d’un produit spécifique sur un marché défini, vous pouvez commencer par chercher la réponse à la question qu’est-ce qu’un tracker en informatique. Pour faire simple, ce genre d’outil vous permet d’identifier vos cibles, de manière à en comprendre le comportement, afin de pouvoir leur proposer le produit totalement adapté à leurs besoins.

Enfin, l’IoT vous assiste en conséquence à concevoir des solutions censées répondre immédiatement à une urgence à laquelle font face les consommateurs. Il aide même à créer un marché original par l’intermédiaire d’une start-up, à partir de laquelle de nouvelles catégories d’utilisateurs constitueront une base de données que vous pourrez collecter.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES