Quel métier choisir pour un avenir assuré ?

Dernière mise à jour: 26.05.22

 

Effectuer des études, obtenir un diplôme et trouver – ou créer – un emploi, tel est le circuit perpétuel de la vie de l’être humain. Mais la définition du métier nécessite une sélection judicieuse, dans l’objectif de s’assurer le meilleur avenir. Voici quelques filons à exploiter dans le but de réussir brillamment.

 

Concept du métier d’avenir

Connaissant le nombre de nouveaux diplômés qui veulent intégrer le marché du travail au fil des ans, disposer du bagage qui vous démarque des concurrents devient un impératif à ne pas négliger. Mais au-delà de ce constat, le poste d’avenir peut également ne pas toujours correspondre à ce à quoi vous vous êtes préparé. En effet, le métier du futur peut découler d’un autre qui existe déjà depuis des siècles, mais il peut aussi attendre d’être inventé.

En guise d’exemple, le domaine du commerce fonctionne depuis les temps les plus anciens. Il reste toujours d’actualité, mais tout le monde reconnaît les différents changements auxquels il a demandé à tous les intervenants de s’adapter. Le principe du parcours d’une marchandise d’un bout à l’autre de la planète perdure, mais l’activité s’est fortement modernisée au niveau du gain de temps dans les transactions, et les améliorations n’ont pas encore fini leur évolution.

Les activités classiques dans l’avenir

À l’instar du commerce, de nombreux autres secteurs d’activités continueront de se développer et promettent toujours de figurer dans le palmarès des postes incontournables. Les spécialistes en matière de gestion et de création peuvent ainsi s’attendre à un avenir encore long et brillant, à condition de disposer de l’essentiel pour suivre le courant. Dans ce contexte, la mondialisation semble avoir bien placé ses marques. En effet, les métiers les plus demandés en France en 2019 se dévoilent tous dans la langue anglo-saxonne. Voici quelques opportunités à saisir en ce sens.

Coach individuel ou d’entreprise : l’encadreur

Cette activité a connu son essor notamment durant les cinq dernières années, et elle semble ne pas encore avoir atteint son apogée. À l’instar d’un entraîneur qui encadre, forme et enseigne des techniques à un athlète, le coach se place en conseiller spécial pour aider le personnel, ou même le dirigeant d’une entreprise. L’idée consiste pour ce prestataire externe à poser un regard neuf sur l’existant, dans l’objectif de détecter les faiblesses et les points positifs. Il devra ensuite élaborer une proposition pour pousser les coachés, munis de leur stylo pour prendre note, à se défaire de leurs points négatifs, et exploiter ou rajouter des capacités à leurs forces.

Pour pratiquer ce métier au futur professionnel prometteur, vous devez avant tout disposer d’une faculté empathique naturelle. Cette capacité vous permettra d’exercer plus facilement votre rôle d’amplificateur de talent. Ensuite, posséder une méthode d’expression simple et concise aidera à transmettre aisément conseils aux différents destinataires. Vous devez également faire preuve de diplomatie sans donner de complaisance, le but étant de définir clairement à la personne suivie les faiblesses à éliminer et les points positifs à renforcer. Enfin, la technologie étant en perpétuelle évolution, il ne faut pas se montrer maladroit avec les nouvelles tendances de communication. En général, des connaissances ou des expériences en matière de gestion de ressources humaines prédisposent à cet emploi.

Brain manager : le stimulateur d’idées

Le cerveau humain constitue l’un des meilleurs atouts pour faire évoluer le monde, dans tous les sens du terme. En général, lorsqu’un objectif est atteint, ou qu’une méthode est bien rodée, cet organe se soumet rapidement à la routine et passe en mode pilotage automatique. Autrement dit, il semble avoir oublié toute volonté de continuer à chercher. Le brain manager incarne ainsi la personne capable de redémarrer cette fonction, afin de pousser chaque individu à se dépasser et à trouver systématiquement de nouveaux concepts. Cette possibilité les aidera alors à reprendre leur productivité.

Pour exercer dans l’un des métiers porteurs d’avenir qu’est celui du stimulateur d’idées, des bagages relatifs aux applications neuroscientifiques sont indispensables. Vous n’avez pas forcément besoin de disposer d’un doctorat en médecine. Néanmoins, des connaissances rudimentaires sur la biologie du cerveau, son fonctionnement chimique, ainsi qu’une certaine aptitude en psychologie sont nécessaires. Vous pourrez ainsi détecter facilement les facteurs déclenchants susceptibles de motiver l’inventivité et la réactivité dans tous les domaines spécifiques. 

En aidant chacun à se dépasser et à se surpasser, vous vous assurez de trouver un secteur où la demande ne risque pas de manquer dans les années à venir. Vous pourriez ainsi être amené à manager indifféremment une seule personne, ou tout un régiment d’employés et de cadres.

 

Les secteurs basés sur la technologie

Le développement des activités vers le monde cybernétique est désormais inévitable, et bon nombre de sociétés s’en sont même déjà imprégnées. Et si le métier d’ingénieur continue à figurer comme favori en matière de métier du futur, d’autres possibilités s’élèvent. Ils commencent à faire de l’ombre à certaines méthodes plus classiques, pour ne prendre que l’exemple des circuits de distribution par exemple. Vous trouverez ci-après des créneaux à saisir pour vous spécialiser dans un domaine que vous pourriez maîtriser, en fonction de vos connaissances en matière d’exploitation technologique.

Social seller : le vendeur en ligne

La crise sanitaire du covid-19 en 2020 aura eu finalement du bon. La pandémie a quelque peu forcé la situation, obligeant bon nombre de personnes à adopter la technologie pour son travail. Si l’exécution physique a été coupée court dans son élan, le social seller peut malgré tout se permettre de développer ses activités – ou celles de la société pour laquelle il œuvre – en entretenant ses clients, prospects et partenaires. 

Le télétravail, plus précisément l’envoi d’appels téléphoniques, celui d’e-mail et l’exploitation des réseaux sociaux à son maximum permettent alors de renforcer et de personnaliser les relations avec chaque interlocuteur. Néanmoins, même si le gros des tâches s’effectue derrière un écran, le social seller reste à même de détecter le moment opportun pour engager un contact physique pour renforcer les acquis.

Le profil idéal pour pratiquer cette activité nécessite en toute logique un sens commercial aigu, doublé d’une capacité avancée dans l’exploitation et la maîtrise des nouvelles technologies de communication. La bonne connaissance de l’utilisation des réseaux sociaux constitue également un critère inévitable pour percer dans ce domaine. En effet, ce type de marché évolue à chaque instant. Vous devez alors rester aux aguets pour être capable de réagir dès qu’une opportunité se présente. 

En cas de reconversion, les personnes les mieux pressenties pour ce poste sont incarnées par les forces de vente, mais aussi les spécialistes des ressources humaines ou de la technologie digitale, et toutes les fonctions en relation avec l’extérieur.

L’ethic hacker : le responsable de la cybersécurité

Si le hacker est plutôt reconnu pour ses méfaits en termes de piratage informatique et toute affaire similaire, l’ajout de l’adjectif ethic le transforme en un véritable futur métier en puissance. En effet, cet additif lui permet de quitter le côté obscur pour se retrouver à l’exact opposé. Autrement dit, ce travail consiste à explorer de manière légale les programmes informatiques ou les logiciels et en découvrir les failles. Vous devrez alors anticiper les éventuelles attaques ou intrusions de pirates cybernétiques, en définissant les balises de protection et les solutions de restauration le cas échéant.

Si vous envisagez un futur professionnel en tant que pirate agrémenté, vous devez avant tout maîtriser l’informatique du bout des doigts. Mais l’esprit d’analyse et d’anticipation constitue également un impératif, afin de toujours disposer d’une longueur d’avance par rapport aux autres qui ont décidé de rester sans éthique. De plus, vous devez comprendre et assimiler au maximum le domaine d’intervention de la société pour laquelle vous travaillez, afin de définir les données les plus sensibles à protéger. Si un tel poste vous intéresse, vous devez avant tout posséder un véritable tempérament geek et toujours trouver la solution la plus efficace pour chaque cas de figure.

IA Entertainer : l’éducateur de robot

Depuis des siècles, l’intelligence artificielle ou IA représente une finalité, qui semble enfin se réaliser de plus en plus à notre époque, au point de constituer le véritable métier du futur dans toute sa splendeur. En effet, si éduquer un robot pouvait paraître difficile, maintenant qu’ils sont presque partout, le concept relève moins de la science-fiction. 

L’IA entertainer a alors pour mission de créer ou d’améliorer les algorithmes pour éviter tous les biais et autres erreurs ou excès de programmation susceptibles de provoquer des dysfonctionnements. Contrairement à la consultation d’un comparatif de poste à souder où il suffit de choisir le meilleur modèle, vous devrez vous documenter et effectuer de nombreux tests pour créer la machine parfaite.

Pour faire partie de ceux qui pratiquent ce véritable métier de demain, vous devez ni plus ni moins disposer d’une connaissance profonde des mathématiques et de l’informatique. Bref, si vous avez votre diplôme d’ingénieur informatique, et que le développement et la programmation constituent votre tasse de thé, n’hésitez pas à postuler pour un tel travail.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES