Les premiers téléphones portables et leurs histoires

Dernière mise à jour: 26.05.22

 

Le téléphone mobile nous assiste désormais dans nos tâches quotidiennes et il est impossible d’imaginer un monde sans ce petit bijou de la technologie. Mais bien avant les modèles high-tech que nous utilisons actuellement, on a vu défiler une pléthore de portables depuis ses prémices qui remontent aux années 80. Pour les férus de smartphones et de tablettes, les lignes qui suivent retracent l’évolution du téléphone !

 

Le point alpha : 1973

L’invention du téléphone mobile, on la doit au docteur Martin Cooper. Ce dernier a travaillé pour la société Motorola et c’est durant l’année 1973 que l’on assiste au premier coup de téléphone via un prototype. À cette époque, Cooper avait émis un appel pour joindre un concurrent dans le domaine de la téléphonie cellulaire. Le téléphone dont il s’est servi pesait près de 1,1 kg et avait une dimension de 228,6 mm x 127 mm x 44 mm. En ce temps, il fallait compter 10 bonnes heures de charge pour profiter d’une autonomie de 30 minutes d’appel.

 

1979 : l’apparition du 1G

Dans la droite lignée de l’évolution, on assiste durant l’année 1979 à l’installation du tout premier réseau cellulaire automatisé à Tokyo. Ce n’est que plus tard que l’on pourra étiqueter cette première génération de 1G. En 1980, plusieurs pays ont suivi la cadence en développant leur propre réseau.

 

1983 : la suprématie de Motorola

Le premier téléphone portable fait son apparition 10 ans après la mise en place du prototype, et il s’agit du Motorola dynatac 8000x. Le prix de ce téléphone portable était de 3 000 euros et il proposait un affichage LED, un stockage pour 30 numéros, 6 heures d’autonomie en veille et 30 minutes d’appel. Durant les 10 années qui séparent le prototype et le portable, la société a dû revoir à plusieurs reprises la taille ainsi que le poids de l’article.

Outre les touches dédiées aux chiffres, certaines servaient spécifiquement pour le volume, le stockage, le verrouillage ou l’expédition. Vu la somme qu’il fallait payer pour l’avoir, il était clair que l’invention était principalement dédiée aux hommes d’affaires riches. Toutefois, face à une telle révolution et un concept si novateur, les consommateurs ont fermé les yeux sur le coût élevé du modèle et ce téléphone à touche s’est vendu comme des petits pains.

  • Affichage : LED
  • Poids et taille réduits par rapport au prototype
  • Autonomie d’appel : 30 minutes
  • Temps de charge : 10 heures

 

1990 : Nokia s’impose

Anciennement appelé Finnish Rubber Works, la firme Nokia à ses débuts, s’est principalement consacrée à la fabrication d’articles en caoutchouc. Ce n’est que dans les années 1980 que la société s’est reconvertie pour se focaliser dans des secteurs dynamiques, notamment la téléphonie et la télécommunication. Bien que son entrée dans l’arène soit légèrement précipitée, la marque a su tenir tête à Motorola en proposant d’autres modèles de cellulaires. Le premier Nokia voit donc le jour et a reçu le nom de Mobira Cityman 900 commercialisé en 1989. Malgré un prix revu à la hausse, ce téléphone mobile avait l’avantage de ne peser que 800 g.

  • Nette réduction de la taille et du poids
  • Autonomie d’appel : 50 minutes
  • Temps de charge : 4 heures
  • Possibilité de paramétrer l’éclairage et le clavier
  • Présence d’indicateur de batterie et de puissance de signal
  • Ajout de boutons d’affichage de fonction
  • Possibilité de recomposer le dernier numéro

1990-1995 : Démocratisation du téléphone mobile

Cette période est marquée par la vulgarisation des premiers téléphones portables, mais la technologie continue à faire du chemin et les marques, assoiffées de concurrence, visent de plus en plus les consommateurs moyens. À compter de cette époque, le téléphone mobile est enfin normalisé.

 

1997 : Nokia a fait monter la barre un peu plus haute

Au cours de l’année 1997, Nokia sort le 6110 qui est très vite vu comme la norme de référence pour beaucoup. Cette version joue la carte de la réduction de la taille, mais surtout celle de l’augmentation des durées d’appels. Ce fut également le premier cellulaire à processeur ARM. Ce qui a littéralement marqué les esprits, c’est la présence d’un port infrarouge, ainsi que la possibilité d’inter changer les coques frontales. 

En outre, l’ajout d’icônes pour les menus de l’écran signe également le passage vers une toute nouvelle ère. Mais 1997 est aussi l’année durant laquelle on fait de plus en plus connaissance avec la messagerie texte dans d’innombrables pays du monde. Résultat : Nokia fait exploser ses ventes avec près de 100 millions de téléphones conçus et 40,8 millions de portables vendus pour la seule année de 1998.

  • Coût accessible
  • Autonomie d’appel : 3,25 heures
  • 3 jeux disponibles : Snake, Logique, Mémoire
  • Ajout de nouvelles fonctions : horloge, calculatrice, calendrier
  • Possibilité de paramétrage du profil
  • Présence d’un téléavertisseur
  • Ajout d’un convertisseur de devises

 

1997 : Motorola surenchère

Bien décidé à jouer le jeu de la concurrence et de l’innovation, on assiste également en 1997 à la commercialisation du Motorola à clapet connu sous le nom de StarTAC. De par son design très accrocheur, ce nouveau venu a été directement adopté par les consommateurs et c’était absolument le téléphone à avoir pour être branché. Sa finition qui s’est inspirée du communicateur de Star Trek lui a valu plusieurs années de popularité, car il est resté à la mode jusqu’aux années 2000. Avec près de 60 millions de modèles écoulés, ce combiné s’est invité dans de nombreux longs métrages de l’époque.

  • Ajout de la fonction SMS
  • Design à clapet
  • Poids très réduit : 88 grammes
  • Possibilité de combiner le téléphone avec une batterie lithium-ion alors que la plupart des cellulaires fonctionnaient encore avec NiMH

1999 : BlackBerry entre dans la course

Le premier combiné de la marque est le BlackBerry 850. Il a tapé l’œil de plusieurs personnes via son clavier intégral qui imite celui d’un ordinateur et il a marqué les esprits grâce à sa fonction courriel et sa capacité à servir d’organisateur de base. Avec son écran de taille réduite, il était possible d’y lire 8 lignes de texte.

  • Une mémoire de 4 Mo
  • Alimentation par pile AA
  • Poids de 133 g
  • Réception et acheminement de mails
  • Clavier QWERTY

 

2000 : L’ère du Nokia 3310

Réputé pour sa grande robustesse, le Nokia 3310 est un ancien portable qui continue à faire parler de lui jusqu’à maintenant. Eh oui, aux yeux de ceux qui ont grandi dans les années 90, il fait partie des incontournables de la téléphonie mobile. Ce combiné a eu le chic de révolutionner la technologie des antennes en incluant cet élément à l’intérieur même du téléphone. Bien que cela soit esthétiquement correct, c’est à partir de cette période que les portables ont connu une baisse de réception des réseaux.

  • Possibilité de numérotation vocale
  • SMS rallongé (3 fois la longueur des SMS standard)

 

2000-2001 : La caméra et le MP3 font leur entrée

La Sharp Corporation sort en novembre 2000, l’un des premiers téléphones portables pourvus d’une caméra de 0,1 mégapixel, il s’agit du J-SH04. Outre cela, ce modèle a embarqué un écran couleur LCD ainsi qu’un haut-parleur.

Dans la même lancée, Siemens commercialise le SL45 qui dispose d’un slot pour étendre la mémoire, d’un dictaphone, d’un navigateur WAP et d’un lecteur MP3.

 

2002-2006 : Écran large et design slim

Avant de conquérir le domaine de la téléphonie mobile, Samsung avait sorti le SGH-T100 en 2002 qui s’est démarqué du lot grâce à son affichage LCD. En plus d’être tout en couleur, les écrans étaient devenus plus larges et bénéficiaient d’une résolution plus conséquente (128 x 160 pixels). Mieux encore, on avait eu droit à des sons polyphoniques.

Par ailleurs, le téléphone à clapet étant à la mode, le Motorola Razr V3 a raflé les ventes avec près de 130 millions d’unités vendues entre 2004 et 2006. Outre les diverses fonctions déjà promues par d’autres marques, le design slim de ce portable a également joué fortement à son avantage.

  • Écran en couleur
  • Son polyphonique
  • Connexion Bluetooth
  • Lecteur MP3
  • Boutons de navigation plats

2005-2006 : Une mémoire interne importante et de l’internet haut débit

Le BlackBerry 7270 reste dans les annales de l’histoire grâce au fait qu’il dispose de la première connexion Wifi connue sous le nom de Crackberry. Cela a ainsi renforcé l’attachement des consommateurs à leurs téléphones.

 

2008 : Le géant iPhone

2008 est l’année durant laquelle le domaine de la téléphonie mobile a fait un énorme bond en avant. Avec l’iPhone 3G d’Apple, on est bien loin de l’époque des premiers téléphones portables et on commence à faire de la place pour le premier smartphone. Tout comme les modèles que nous connaissons actuellement, il est pourvu d’une interface tactile et embarque plusieurs applications.

 

2019 -… : l’époque où tout est rendu possible

Au point où on en est actuellement, la technologie progresse à très grande vitesse et un modèle de smartphone qui peut être en vogue aujourd’hui peut très vite être démodé demain. Les fonctionnalités se multiplient : caméra frontale, écran tactile, verrouillage par empreinte, capacité de stockage amplifié, carte mémoire importante… Autant d’éléments rendant le téléphone essentiel dans la vie de tous les jours.

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES