Le mouvement des stylos rouges

Dernière mise à jour: 07.06.19

 

Ces derniers temps, les enseignants aussi sont en grève. Après les gilets jaunes, ils ne peuvent plus se taire face à leur situation médiocre. Ils ont donc créé le mouvement appelé les stylos rouges pour manifester leur mécontentement. Pour avoir un peu de recul sur les causes et les fondements de cette manifestation, prenez le temps de lire ces quelques lignes.

 

Le fond des problèmes

Pour en savoir plus sur l’histoire, remontons au début des faits. En effet, ce qui a tout déclenché, c’est l’annonce du ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer de vouloir supprimer un grand nombre de postes dans le secteur de l’éducation. Il veut éliminer 2650 postes dans les collèges et les lycées publics, 550 dans le privé et 400 dans l’administration. Tout cela contre une augmentation des heures supplémentaires et une création de 1800 postes dans le primaire. Face à cette déclaration, les professeurs sont mécontents. Ils dénoncent ce fait pour un manque de considération de leur métier, et surtout un manque de considération de l’essence même de l’éducation.

Outre la suppression des postes, il y a aussi le mouvement PasDeVague. La grève des enseignants d’aujourd’hui est l’héritage de ce mouvement. Pour vous en rappeler, il s’agit de l’insécurité dans le milieu scolaire, d’où un enseignant s’est fait attaquer par un lycéen au sein d’un établissement de Créteil. Le sillon PasDeVague dénonce ainsi toutes ces fois où les professeurs subissent des agressions et des menaces par les élèves. Malgré que le gouvernement ait déjà pris des mesures contre ces violences scolaires, les enseignants sont d’avis que ce plan est inadapté, voire même irréalisable. Pour eux, c’est une autre preuve d’absence de considération du corps de métier par l’État.

 

 

Le manque de moyens compte également parmi les causes du mouvement des stylos rouges. Dans cette optique, les professeurs constatent un réel manque de matériel au sein des établissements scolaires. D’après eux, les enfants ne peuvent pas utiliser un livre pour chacun. Il faut se mettre deux par deux lors de la lecture d’un livre de mathématiques et de français. Ceci est un peu gênant et moins confortable pour les enfants. D’ailleurs, cela rend encore plus difficile le fait d’enseigner. Mais le plus difficile, c’est qu’il fallait que les enseignants achètent par ses propres moyens des manuels d’histoire, de géographies et de sciences. Ils sont aussi contraints de payer les photocopies de sa poche. En plus du manque de moyens matériel, il y a également le manque de moyens humains. Cela se ressent surtout lorsqu’un enseignant part en congé pour maladie. Il n’y a pas une personne pour le remplacer. Malgré cette situation, le gouvernement veut toujours supprimer des postes. Le manque de moyens humains a aussi une répercussion particulière pour les enfants en situation de handicap. En effet, ces derniers devraient être assistés par une auxiliaire de vie scolaire (AVS) en permanence alors que celle-ci n’est présente que deux fois par semaine en seulement 3 heures.

Pour compléter toutes ces causes, la baisse du pouvoir d’achat des professeurs mérite aussi d’être évoquée. Selon les témoignages, les enseignants touchent peu de primes. Cela rend leur quotidien difficile, car ils ne peuvent pas dépenser trop pour pouvoir survivre.

D’un autre côté, la plupart des professeurs affirment que leur métier empiète sur leur vie personnelle. Ils passent beaucoup de temps en classe, sans repos, pour pouvoir assurer la réussite des enfants. Même pour cela, leur grille salariale devrait être révisée.

 

 

Les revendications des professeurs

Vu tous ces problèmes, les professeurs ont exprimé leur mécontentement en sortant leur stylo rouge. Pour symboliser leur indignation, ils ont pris la copie du ministre et l’ont marqué en rouge. Ils ont aussi proposé une école de demain. En faisant leur manifestation, ils sont confiants d’être reçus au ministère et de recevoir des propositions adéquates.

En attendant, pour faire rehausser leur voix, les professeurs ont créé un groupe Facebook qui compte aujourd’hui près de 52 000 membres. Un site internet est aussi en cours pour émettre leur avis et leur revendication. Au-delà de la toile, ils veulent aussi se faire entendre sur le terrain. Ils veulent surtout transmettre que ce corps de métier est en souffrance. Mais quelles sont donc leurs principales revendications ?

Pour répondre à cette question, leurs requêtes sont simples. Les enseignants veulent juste la revalorisation de leur travail. Cela se matérialise par la révision salariale avec le gel du point d’indice. Ils veulent aussi que la société et leur hiérarchie adoptent une autre vision de leur métier. Ils sont tout aussi importants que les militaires, les policiers, les soignants, les pompiers, les bénévoles, etc.

Les professeurs veulent aussi une baisse des effectifs en classe. Ceci étant qu’ils peuvent suivre d’un peu plus près chacun des élèves en classe. Cela améliorera grandement le résultat de chaque élève à la fin de l’année scolaire.

Par ailleurs, ils veulent un peu plus de sécurité contre les élèves agressifs et bénéficier entre autres d’une médecine de travail.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...